www.faune-paca.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
https://paca.lpo.fr/
Accueil
 
Les partenaires
 
ABC PACA
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Hirondelle de fenêtre 2019
       - 
Traquet oreillard 2019
       - 
Harle bièvre 2019
       - 
Pie-grièche à tête rousse 2019
       - 
Bruant mélanocéphale 2019
       - 
Blongios nain 2019
       - 
Gobemouche noir 2019
       - 
Cigogne blanche 2019
       - 
Pouillot fitis 2019
       - 
Frelon asiatique 15-19
 - 
Les galeries
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQ
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Les oiseaux
Les mammifères
Reptiles et amphibiens
Arthropodes
Enquêtes locales
Publications
Aide et ressources
Qui sommes-nous ?
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 677
 
jeudi 12 septembre 2019
Oiseaux
Sur la route des oiseaux d’Afrique !

La migration des oiseaux continue au Fort de la Revère, ce dimanche 8 septembre, les observateurs ont pu dénombrer une dizaine d'espèces différentes.

87 visiteurs sont venus à notre rencontre pour admirer le spectacle de la migration et en apprendre un peu plus sur ce phénomène. Chaque année, plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux migrateurs, et plus de 120 000 individus, traversent le ciel des Alpes-Maritimes pour se diriger vers l’Afrique ou l’Espagne.

Malgré la météo peu favorable, les derniers Guêpiers d'Europe ont survolé le poste d'observation et rejoignent actuellement leurs zones d’hivernage en Afrique. D'autres oiseaux étaient également en plein voyage : 7 Bondrées apivores, 1 Balbuzard pêcheur, 4 Éperviers d’Europe, 2 Faucons hobereaux, 4 Hirondelles rustiques, 2 Becs-croisés des sapins et 4 Pipits des arbres.

Prochaine animation : Les rapaces migrateurs, le dimanche 15 septembre de 8h à 17h.

Reportage de France 3 Provence-Alpes Côte d'Azur (du 08/09/2019) : www.youtube.com/watch?v=Aza1TJxuV2Y.

Vous pouvez retrouver l'ensemble des espèces observées lors de cette journée sur Faune PACA : www.faune-paca.org.

Document à télécharger :  Programme 2019
posté par Benjamin Salvarelli
 
jeudi 5 septembre 2019
Echanges vérificateurs / contributeurs sur Faune-Paca : quelques explications

A l’occasion, certains contributeurs de Faune-Paca semblent agacés et mal vivre les demandes de compléments d’informations, de modifications ou autres échanges lors des vérifications  des données qu’ils ont saisies. Il est donc nécessaire d’apporter quelques précisions pour mieux comprendre qui sont les vérificateurs, comment ils travaillent et quels sont leurs objectifs.

Pourquoi faire des vérifications ?

La saisie dans Faune-Paca est ouverte à tous. Même si la première consigne n’est de saisir que les données jugées certaines, le niveau et l’expérience des observateurs sont très variables : il est donc possible que des observations soient saisies avec une erreur d’identification.

Au-delà de l’erreur d’identification, l’erreur de saisie est également possible, quel que soit le niveau de connaissance du contributeur.

Enfin, en ce qui concerne l’utilisation des détails associés aux données, des codes atlas, des formulaires ou autres modules spécifiques, des incohérences apparaissent parfois dans quelques données.

Un travail de vérification s’impose donc pour éliminer un maximum d’erreurs d’identification ou de saisie, et pour homogénéiser les pratiques quant à la saisie des codes atlas ou autres détails.

Il en va de la fiabilité et de la pertinence de la base de données Faune-Paca, tous taxons confondus, qui nécessite des efforts au quotidien.

Les vérificateurs, qui sont-ils ?

Les vérificateurs ont des profils variés. Ce sont des naturalistes qui ont un niveau suffisant pour analyser les données saisies et détecter les erreurs ou incohérences. En général, ils ont un bon niveau de compétence sur un secteur géographique qu’ils connaissent bien, mais ils peuvent bien entendu intervenir sur l’ensemble de la région.

Le travail de vérification est bénévole (même pour les salariés LPO qui font ce travail sur leur temps personnel) : hormis la compétence naturaliste, une des premières qualités d’un vérificateur est le don de beaucoup d’heures de travail fastidieux de vérification à la communauté des contributeurs de Faune-Paca.

Le travail de vérification : quelques éléments techniques

En dehors des erreurs de saisie classiques comme « coucou geai / coucou gris / geai des chênes », « grimpereau des bois / grimpereau des jardins », « grand corbeau / grand cormoran », les vérificateurs raisonnent par zone de répartition des espèces, par phénologie d’apparition / disparition des espèces migratrices ou rares : ceci permet donc de détecter des données « douteuses » d’espèces qui ne sont censées être présentes en ce lieu ou à cette date.

Pour aider ce lourd travail de vérification, des paramétrages pour des vérifications automatiques sont effectués pour certaines espèces : ces paramétrages sont liés aux altitudes, aux dates ou aux zones, par rapport à la connaissance régionale accumulée sur ces espèces. Bien sûr il y a toujours des exceptions qui seront traitées au cas par cas, mais ceci permet de filtrer la plupart des cas où il s’agit d’une erreur de saisie ou d’identification.

Un vérificateur entre alors en contact avec le contributeur via l’outil de vérification pour demander des compléments d’informations. Une conversation par e-mail peut ensuite être poursuivie entre vérificateur et contributeur si besoin.

Le volet entomologique et ses exigences

La saisie de la plupart des espèces concernées par ce volet demande un examen approfondi de critères intégrés dans les clés de détermination qui sont à la disposition des contributeurs qui le souhaitent, quand elles existent. Il est souvent indispensable, pour une bonne expertise de la part des vérificateurs, d’avoir des photos exploitables qui permettent d’apprécier les critères exigés.

Mais tout n’est pas toujours déterminable sur photo ou sur une base unique de critères : les angles de vue ne sont pas toujours bons et cela fausse parfois l’identification.

Dans ce cas, il est recommandé d’être indulgent et compréhensif vis-à-vis des vérificateurs, qui seront incapables de nommer l’espèce dont il s’agit de façon précise.

Dans ce cas, la demande de saisie du taxon genre sp est préférable.  

Cela concerne aussi les bêtes qui exigent un examen de l’édéage ou des genitalia et qui passent par un prélèvement en amont in natura.

D’autre part, il est rappelé (et cela pour éviter une perte de temps pour les vérificateurs) qu’il est préférable d’enregistrer sous ordre sp des données qui feront l’objet d’une identification ultérieure de la part des contributeurs, au lieu de saisir la donnée sous n’importe quel  autre nom d’espèce.

Code de déontologie

Même si le phénomène est  marginal, certains contributeurs vivent mal la remise en cause de quelques unes de leurs données, que ce soit sur le fond ou sur la forme. Des échanges vifs sont alors parfois constatés. L’objectif des demandes de vérification n’est pas de froisser les susceptibilités, aussi bien du côté des contributeurs que des vérificateurs, car bien entendu ces derniers ne sont pas infaillibles, comme tout expert.

La vérification permet seulement d’avancer dans une démarche d’identification correcte.

Cependant, à l’image de notre société et des lynchages qu’on peut observer sur les réseaux sociaux notamment, il arrive parfois que des demandes de vérification entraînent des messages très désagréables à l’encontre des vérificateurs. L’engagement bénévole et pédagogique des vérificateurs est alors mis dans ces cas à rude épreuve.

Nous rappelons que la courtoisie et le respect mutuel dans les échanges doivent être de mise, même si la contestation est possible, à condition qu’elle soit argumentée et cordiale.

Enfin, les contributeurs qui saisissent des données s’engagent à respecter un code de déontologie qui est en consultation ici : https://www.faune-paca.org/index.php?m_id=20045

Merci pour votre attention

NOTA : nous rappelons que toutes les bonnes volontés seront accueillies avec plaisir. Vous avez de bonnes connaissances naturalistes (un ou plusieurs groupes taxonomiques), vous connaissez le fonctionnement de faune-paca, et vous avez un peu de temps, n'hésitez plus, devenez vérificateurs !

posté par Amine Flitti
 
mardi 3 septembre 2019
Oiseaux
Ouverture de l'observatoire ornithologique du Fort de la Revère

Le 1er septembre dernier, ornithologues de la LPO Provence-Alpes-Côte d'Azur, bénévoles, spotteurs et amoureux des oiseaux s’étaient donnés rendez-vous au Parc naturel départemental de la Grande-Corniche pour l’ouverture de l'observatoire ornithologique du Fort de la Revère !

44 visiteurs sont venus à notre rencontre pour admirer le spectacle de la migration des oiseaux et en apprendre un peu plus sur ce phénomène. Chaque année, plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux migrateurs, et plus de 120 000 individus, traversent le ciel des Alpes-Maritimes pour se diriger vers l’Afrique ou l’Espagne.

Plus de 900 oiseaux ont été observés lors de cette journée et les Guêpiers d'Europe étaient bien au rendez-vous avec au moins 825 individus qui nous ont accompagné de leurs chants flutés. D'autres oiseaux étaient également de la partie : 4 Bondrées apivores, 2 Circaètes Jean-le-Blanc, 2 Balbuzards pêcheurs, 1 Busard cendré, 4 Éperviers d’Europe, 1 Faucon hobereau, 1 Milan noir, 53 Hirondelles rustiques, 11 Martinets noirs et 12 Pipits des arbres.

Soleil et convivialité étaient au rendez-vous !

Prochaine animation : les Guêpiers d’Europe, le dimanche 08 septembre de 8h à 17h.

Vous pouvez retrouver l'ensemble des espèces observées lors de cette journée sur Faune PACA : www.faune-paca.org.

Document à télécharger :  Programme 2019
posté par Benjamin Salvarelli
 
vendredi 30 août 2019
Oiseaux
Saisie par listes complètes (formulaires)

La saisie par listes complètes est le mode de saisie recommandé par Faune-France (et faune-paca !). Où en est-on ? Faune-France vous propose une jolie carte interactive.

La saisie par listes complètes est le mode de saisie le plus riche d'enseignement. C'est celui que recommande Faune-France, notamment si vous utilisez l'application NaturaList directement sur le terrain.

Ce mode de saisie apporte des informations décisives sur le temps de prospection, les espèces présentes et par défaut les espèces non détectées sur un site.

C'est grâce à ces listes que l'on peut faire des analyses fiables sur la phénologie des espèces (leurs variations d'abondance dans le temps), informations très utiles, notamment pour la fixation des dates de chasse ou la mise en évidence de l'impact du changement climatique sur la biologie des espèces.

C'est aussi à l'aide de ces listes que les atlas dynamiques du futur seront construits et que nous pourrons obtenir des tendances plus fiables de l'évolution des populations animales.

Alors n'hésitez plus, si vous ne saisissez pas encore par listes, tentez l'expérience. Vous y gagnerez en temps et vos contributions à Faune-France seront encore plus décisives.

Pour savoir où en est votre département dans la réalisation des listes, consultez les statistiques dédiées.

Quand utiliser ce mode de saisie ? Très simple, dès que vous observez plus de 5 minutes, faites une liste !

posté par Amine Flitti
 
mercredi 28 août 2019
Mammifères
Formation Loutre d’Europe et autres mammifères semi-aquatiques les 25 et 26 novembre 2019

Formation Loutre d’Europe et autres mammifères semi-aquatiques les 25 et 26 novembre 2019

Dans le cadre de la déclinaison régionale du Plan National d’Action Loutre d’Europe, la LPO PACA propose ce stage gratuit aux naturalistes amateurs et professionnels, gestionnaires de site et éducateurs environnement de la région. Une partie de cette formation sera consacrée à comprendre et appliquer le protocole pour déceler et suivre les loutres de la région. Ce sera aussi l’occasion d’approfondir nos connaissances et nos pratiques concernant l’observation et la recherche des autres espèces de mammifères semi-aquatiques fréquentant les cours d’eau de la région : Castor d’Eurasie et Campagnol amphibie (absent du secteur mais nous aborderons les enjeux et la biologie de cette espèce).

Voir fiche de présentation de la formation :

https://paca.lpo.fr/formation/rechercher-une-formation/10413-loutre-d-europe-et-autres-mammiferes-semi-aquatiques

posté par Amine Flitti
 
vendredi 23 août 2019
Oiseaux
L'observatoire ornithologique du Fort de la Revère ouvre le 1er septembre

Venez admirer le passage de milliers d’oiseaux migrateurs ! Le département des Alpes-Maritimes propose un programme d’animation dans lequel la LPO Provence-Alpes-Côte d'Azur vous accueille au Fort de la Revère (Parc naturel départemental de la Grande Corniche) pour y observer le spectacle de la migration à partir du dimanche 1er septembre. Chaque année, plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux migrateurs, et plus de 120 000 individus, traversent le ciel des Alpes-Maritimes pour se diriger vers l’Afrique ou l’Espagne.

Vous trouverez en téléchargement la programmation de l’édition 2019 et n'hésitez pas à partager l’actualité publiée sur notre site internet : https://paca.lpo.fr/association-protection-nature-lpo-paca/toute-l-actualite/actualite/10430-observatoire-ornithologique-du-fort-de-la-revere-ouvre-le-1er-septembre?fbclid=IwAR0BruRYe7Adz7EYE1dFzPjfq0UhSJuzSdQq7eyOdnXEmJX6sEcFHxRpCqg

Vous serez accueillis gratuitement de 8h à 17h avec au programme : observation des oiseaux migrateurs, prêt de matériel optique, atelier de découverte de la migration et convivialité !

Septembre

1 & 8 > Les Guêpiers d’Europe

15 > Journées européennes du patrimoine : les rapaces migrateurs

22 > Les Circaètes

29 > Les derniers rapaces migrateurs

Octobre

6 > Eurobirdwatch et les hirondelles

13 > Devenir « spotteur du camp de migration ornithologique » (sur inscription)

20 > Les Pinsons des arbres

27 > Les Pigeons ramiers

Novembre

3 > Les derniers migrateurs

Au plaisir de vous accueillir au Fort de la Revère !

Document à télécharger :  Programme 2019
posté par Benjamin Salvarelli
 
jeudi 22 août 2019
Papillons de jour
Plus que quelques jours pour participer à l'enquête participative

Vous êtes déjà nombreux à nous avoir partagé les papillons qui fréquentent votre jardin et les parcs et espaces naturels autour de chez vous et nous vous en remercions.

En fin d’été un renouveau se fait sentir, de nouveaux papillons sont visibles sur les dernières fleurs de la saison. De nouvelles espèces apparaissent, comme par exemple l’Hespérie de l'Herbe-au-vent (Sloperia proto (Ochsenheimer, 1808)), la plus grande de nos Hespéries, à répartition méditerranéenne, localisée sur des zones où se trouve ses plantes hôtes (les Phlomis). D'autres espèces font une dernière génération avant l’arrivée de l’hiver, comme par exemple le Machaon et la Belle Dame.

Il ne reste que quelques jours pour se mobiliser et améliorer ensemble la connaissance sur les papillons de notre région.

A vos carnets d'observations, on compte sur vous !

posté par Marion Fouchard
 
mercredi 7 août 2019
Bilan Bruant mélanocéphale

A la suite de l'actualité du 22 juin vous informant d’un possible afflux de bruants mélanocéphale dans la région, voici une petite synthèse des données qui ont pu être collectées.

Des mâles chanteurs ont été contactés sur deux sites distincts : un individu sur la commune de Reillane à partir du 1er juin, les autres sur le plateau de Valensole à partir du 9 juin.

Sur le plateau de Valensole, au moins 4 mâles chanteurs simultanés ont pu être notés. Les deux cantonnements les plus éloignés étaient d’environ 3 km. Ils semblaient apprécier la proximité de plantations aromatiques en fleurs qui attiraient beaucoup d’insectes butineurs, avec quelques arbres ou arbustes qui pouvaient leur servir de place de chant.

Une seule observation potentielle non validée de femelle a été réalisée, venant s’abreuver sur une flaque. Le comportement des mâles était très territorial, s’amplifiant progressivement jusqu’à devenir agressif envers les autres espèces. Le dernier contact de mâle chanteur a eu lieu le 27 juin, le jour où on atteignait le pic de canicule. Plus aucun contact n’a été noté après cette date.

Malgré quelques prospections en juin sur les sites historiques de cantonnement et sur des zones favorables à l’espèce, aucun autre contact n’a été noté.

posté par Amine Flitti
 
mardi 6 août 2019
Oiseaux
Comptage des Vautours dans les Alpes : Samedi 17 août 2019

Cette vaste opération réalisée à l'échelle des Alpes se poursuit cette année dans le cadre des Journées internationales de sensibilisation aux vautours (http://journee-vautours.lpo.fr). Initié dans le Verdon et le Mercantour en 2010, ce comptage s’est étendu à l’échelle des Alpes en 2011 et se poursuit chaque année à la mi-aout. En 2018, 1873 vautours fauves ont été dénombrés au sein des colonies et des dortoirs d’estive, et 335 dans les gorges du Verdon.

Pourquoi ?

L’objectif est de connaître les effectifs, visiteurs inclus, et l’occupation du territoire à la période du pic de fréquentation par les vautours.

Comment ça marche ?

Il s’agit de dénombrer les vautours fauves (mais aussi les vautours moines et les gypaètes) dans les colonies (Verdon, Baronnies, Diois-Vercors) et dans les estives (Mercantour, Queyras, Ecrins, Dévoluy, Savoie, Haute-Savoie...) sur des postes fixes de la fin d'après-midi à la tombée de la nuit (dénombrement exhaustif toutes les demi-heures).

Comment participer en PACA ?

Contactez les responsables locaux suivants, ils vous indiqueront leurs besoins et les sites à suivre (falaise ou groupes de falaises):

Venez nombreux !

Ce comptage est organisé conjointement par les structures suivantes : les LPO PACA, Isère, Savoie, Haute-Savoie et Ardèche, Vautours en Baronnies, Envergures alpines, Asters, les Parcs nationaux du Mercantour, des Ecrins et de la Vanoise, et les Parcs naturels régionaux des Préalpes d’Azur, du Verdon, du Queyras et du Vercors, Nos Oiseaux (Suisse), Alpi Cozzie (Piémont italien) .

posté par Sylvain Henriquet
 
jeudi 1 août 2019
Oiseaux
Âge/Sexe des oiseaux, dispersion juvénile et fin des codes atlas

IMPORTANT! : Âge/Sexe des oiseaux, dispersion juvénile et fin des codes atlas

Nous voilà en aout et nous observons de plus en plus de jeunes oiseaux volants. Comme il existe une forte dispersion des juvéniles, nous attirons votre attention sur les points suivants :

  • Nous vous invitons à ne noter le code atlas 13 que lorsque vous observez des individus à peine volant ou manifestement né sur site.
  • La plupart des passereaux juvéniles ont (ou vont avoir) un plumage de type adulte, ne notez le détail "adulte" que si vous êtes certain de l'âge (en se basant sur des critères précis).
  • Il est quasi-impossible pour de nombreuses espèces de différencier les jeunes de 1ère année des femelles adultes, soyez donc très prudent quant au sexage des oiseaux (nb: il existe une catégorie "type femelle" dans les "détails de l'observation" qui permet de résoudre ce problème).

De même, la période de reproduction se terminant, il n'est plus nécessaire de noter les codes atlas possible ou probable (2 à 10) : il faut plutôt se concentrer sur les codes de nidification certain (>10). Tous les codes concernant la présence des oiseaux, des oiseaux chanteurs, la présence de couples, etc... sont désormais à éviter. En résumé, ne renseigner le code atlas qu'en présence de manifestations évidentes de reproduction.

Merci pour votre attention.

posté par Amine Flitti
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 677

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Provence-Alpes-Côte d'Azur
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019