www.faune-paca.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
https://paca.lpo.fr/
Accueil
 
Les partenaires
 
ABC PACA
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes du moment
       - 
Harle bièvre 2020
       - 
Torcol fourmilier 2020
       - 
Loutre d'Europe 2020
       - 
Cistude d'Europe 2020
       - 
Diane 2020
       - 
Proserpine 2020
       - 
Faucon crécerellette 2020
       - 
Fauvette orphée 2020
       - 
Bruant ortolan 2020
       - 
Traquet oreillard 2020
       - 
Trithémis pourpré 18-20
       - 
Gobemouche noir 2020
       - 
Pluvier guignard 2020
 - 
Les galeries
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQ
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Les oiseaux
Les mammifères
Reptiles et amphibiens
Invertébrés
Enquêtes locales
Publications
Aide et ressources
Qui sommes-nous ?
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 734
 
vendredi 18 septembre 2020
Amphibiens
A vos frontales !

Un nouveau "Défi nature" est disponible à quelques jours de l’automne… et oui déjà !

Les températures très douces et les prochaines pluies annoncées sont prometteuses pour la reproduction de certains amphibiens. En milieu méditerranéen, à la faveur des évènements pluvieux, certains crapauds prolongent leur activité de reproduction. La visite des zones humides pour les amphibiens reste donc très intéressante en automne !

Retrouvez ce défi nature dans le rubrique dédiée : onglet Publication -> Défis nature Faune-PACA

Bonnes prospections !
Aurélie Johanet & Nicolas Fuento

 

Crédit photo : François Grimal

posté par Aurélie Johanet
 
vendredi 18 septembre 2020
Oiseaux
Enquête européenne sur le Pluvier doré 17 et 18 octobre

Le Wader Study Group organise un recensement européen des Pluviers dorés les 17 et 18 octobre prochains.

Ce dénombrement s'inscrit dans un suivi à long terme. Les comptages précédents ont été menées en 2003, 2008 et 2014. La France n’y avait semble-t-il pas pris part.

Pour les pays du Nord, le mois d'octobre correspond à un pic de présence de l'espèce. En 2014, près de 870 000 pluviers avaient été dénombrés dans les îles britanniques, au Bénélux, en Scandinavie, en Pologne et aux pays baltes. En 2003 et 2008, la seule Allemagne accueillait près de 200 000 oiseaux !

En France, à cette période, les effectifs seront probablement bien plus modestes mais, au final, demeurent assez méconnus et réservent peut-être quelques surprises. Nous tenterons, cette année, en collaboration avec l’OFB, d’apporter quelques données.

Si vous souhaitiez contribuer à cette enquête, pour laquelle aucun protocole précis n’est fourni, veuillez collecter les informations, idéalement sous forme de listes complètes, en les attribuant au code étude "PluvApri2020".

Le Wader Study Group invite les observateurs à prêter une attention toute particulière aux Vanneaux huppés et Courlis cendrés, deux autres espèces au statut de conservation défavorable.

Merci !

posté par Amine Flitti
 
mercredi 16 septembre 2020
Mammifères
Partez sur les traces Campagnol amphibie !

Un nouveau "Défi nature" est disponible : partez sur les traces du discret et méconnu Campagnol amphibie !

Retrouvez ce défi nature ICI, ainsi que toutes les informations pour participer à une formation gratuite sur le Campagnol amphibie.

Les "Défis nature" ont désormais une rubrique dédiée, dans l'onglet Publication -> Défis nature Faune-PACA

Bonnes prospections !

Robin Lhuillier

Crédit photo : Campagnol amphibie - Eric Barthélémy

posté par Thomas Girard
 
mercredi 16 septembre 2020
Oiseaux
Rappel : saisie par listes complètes (formulaires)

La saisie par listes complètes est le mode de saisie recommandé par Faune-France (et faune-paca !). Où en est-on ? Faune-France vous propose une jolie carte interactive.

La saisie par listes complètes est le mode de saisie le plus riche d'enseignement. C'est celui que recommande Faune-France, notamment si vous utilisez l'application NaturaList directement sur le terrain.

Ce mode de saisie apporte des informations décisives sur le temps de prospection, les espèces présentes et par défaut les espèces non détectées sur un site.

C'est grâce à ces listes que l'on peut faire des analyses fiables sur la phénologie des espèces (leurs variations d'abondance dans le temps), informations très utiles, notamment pour la fixation des dates de chasse ou la mise en évidence de l'impact du changement climatique sur la biologie des espèces.

C'est aussi à l'aide de ces listes que les atlas dynamiques du futur seront construits et que nous pourrons obtenir des tendances plus fiables de l'évolution des populations animales.

Alors n'hésitez plus, si vous ne saisissez pas encore par listes, tentez l'expérience. Vous y gagnerez en temps et vos contributions seront encore plus décisives.

Pour savoir où en est votre département dans la réalisation des listes, consultez les statistiques dédiées.

Quand utiliser ce mode de saisie ? Très simple, dès que vous observez plus de 5 minutes, faites une liste !

posté par Amine Flitti
 
mardi 15 septembre 2020
Oiseaux
Sur la route des oiseaux d’Afrique !

La migration des oiseaux continue au Fort de la Revère, ce dimanche 13 septembre, les observateurs ont pu dénombrer une vingtaine d'espèces différentes. 78 visiteurs sont venus à notre rencontre pour admirer le spectacle de la migration et en apprendre un peu plus sur ce phénomène. Chaque année, plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux migrateurs, et plus de 120 000 individus, traversent le ciel des Alpes-Maritimes pour se diriger vers l’Afrique ou l’Espagne.

Avec une météo très favorable, les derniers Guêpiers d'Europe ont survolé le poste d'observation et rejoignent actuellement leurs zones d’hivernage en Afrique. D'autres oiseaux étaient également en plein voyage : 11 Cigognes blanches, 4 Aigles bottés, 62 Bondrées apivores, 1 Autour des palombes, 3 Balbuzards pêcheurs, 10 Éperviers d’Europe, 1 Faucons hobereau, 2 Milans royaux, 1 Milan noir, 1019 Hirondelles rustiques, 2 Bergeronnettes printanières et 15 Pipits des arbres

Prochaine animation : Les Circaètes Jean-le-Blanc, le dimanche 20 septembre de 8h à 17h.

Vous pouvez retrouver l'ensemble des espèces observées lors de cette journée sur Faune PACA : www.faune-paca.org.

Document à télécharger :  Programme 2020
posté par Benjamin Salvarelli
 
lundi 7 septembre 2020
Oiseaux
Ouverture de l'observatoire ornithologique du Fort de la Revère

Le 6 septembre dernier, ornithologues de la LPO PACA, bénévoles, spotteurs et amoureux des oiseaux s’étaient donné rendez-vous au Parc naturel départemental de la Grande Corniche pour l’ouverture de l'observatoire du Fort de la Revère ! 64 visiteurs sont venus à notre rencontre pour admirer le spectacle de la migration des oiseaux et en apprendre un peu plus sur ce phénomène. Chaque année, plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux migrateurs, et plus de 120 000 individus, traversent le ciel des Alpes-Maritimes pour se diriger vers l’Afrique ou l’Espagne.

Plus de 600 oiseaux ont été observés lors de cette journée et les Guêpiers d'Europe étaient bien au rendez-vous avec au moins 525 individus qui nous ont accompagné de leurs chants flutés. D'autres oiseaux étaient également de la partie : 2 Bondrées apivores, 2 Circaètes Jean-le-Blanc, 1 Busard des roseaux, 1 Buse variable, 4 Éperviers d’Europe, 1 Faucon hobereau, 4 Faucons crécerelles, 57 Hirondelles rustiques, 5 Martinets noirs et 2 Martinets à ventre blanc.

Soleil et convivialité étaient au rendez-vous !

Prochaine animation : Les rapaces migrateurs, le dimanche 13 septembre de 8h à 17h.

Vous pouvez retrouver l'ensemble des espèces observées lors de cette journée sur Faune PACA : www.faune-paca.org.

Document à télécharger :  Programme 2020
posté par Benjamin Salvarelli
 
mercredi 2 septembre 2020
Reptiles
Orvet, oui, mais lequel ?

De récentes études ADN et cytologiques ont montré que les orvets de la péninsule italienne sont génétiquement divergents et ont un caryotype différent de l’Orvet fragile (Anguis fragilis). Ces niveaux de divergence ont conduit à traiter les populations italiennes comme une espèce distincte, nommé Orvet de Vérone (Anguis veronensis).

Des analyses génétiques en cours à Montpellier (Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive) par des chercheurs du CNRS et de l’EPHE sur des échantillons d’orvets du sud de la France ont permis de préciser la distribution en France et d’étudier l’hybridation entre les orvets fragile et de Vérone.

Un des principaux résultats est que les populations pures d’Orvet fragile sont très localisées en PACA puisque les seuls génomes « purs » d’Anguis fragilis de PACA ont été trouvés en Camargue, à l’ouest du Grand Rhône. Les populations d’orvets réparties entre la frontière italienne et l’est des Bouches-du-Rhône, y compris le Var et la moitié sud des Alpes Maritimes, sont composées d’Orvet de Vérone. Enfin, on a détecté au moins un individu génétiquement admixé (mélange de génomes fragilis et veronensis) en Camargue et l’admixture (mélange entre les deux pools géniques fragilis et veronensis) est suspectée dans l’ouest des Bouches-du-Rhône, le sud du Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence (mais demande à être confirmée).

Les orvets les plus couramment observés en PACA sont donc soit des Orvets de Vérone soit des individus génétiquement admixés entre Orvet fragile et Orvet de Vérone. Pour cela et en attendant de mieux connaitre la répartition de ces deux espèces dans notre région, nous n’ouvrirons désormais à la saisie que le binôme Orvet fragile/de Vérone (Anguis fragilis/veronensis). Seuls les spécimens ayants fait l’objet d’une étude ADN pourront être saisis de manière plus précise.

NB : Il n’y a pas de critère morphologique fiable permettant de différencier à coup sûr ces deux espèces. Il faut obligatoirement passer par le séquençage de l’ADN

Pour plus d’infos : http://tiliqua.wifeo.com/anguis-veronensis.php

Références :

De Massary, C, Bour, R, Cheylan, M, Crochet, P-A, Dewynter, M, Geniez, P, Ineich, I, Ohler, A, Vidal, N, Lescure, J (2019) : Nouvelle liste taxinomique de l’herpétofaune de la France métropolitaine. Bulletin de la Société Herpétologique de France 171: 37-56.

Gvoždík, V, Benkovsky, N, Crottini, A, Bellati, A, Moravec, J, Romano, A, Sacchi, R, Jandzik, D (2013): An ancient lineage of slow worms, genus Anguis (Squamata: Anguidae), survived in the Italian Peninsula. Molecular Phylogenetics and Evolution69: 1077-1092.

Mezzasalma M, Guarino FM, Aprea G, Petraccioli A, Crottini A, Odierna G (2013) : Karyological evidence for diversification of Italian slow worm populations (Squamata, Anguidae). Comparative Cytogenetics 7: 217–227.

Speybroeck, J, Beukema, W, Dufresnes, C, Fritz, U, Jablonski, D, Lymberakis, P, Martínez-Solano, I, Razzetti, E, Vamberger, M, Vences, M, Vörös, J, Crochet, P-A, (2020): Species list of the European herpetofauna - update by the Taxonomic Committee of the Societas Europaea Herpetologica. Amphibia-Reptilia 41: 139-189

Photo : Mathieu Pélissié

posté par Amine Flitti
 
lundi 31 août 2020
Amphibiens
Crapaud commun ou épineux ?

On sait depuis longtemps que deux types de crapaud « commun » sont présent en France, avec la sous-espèce spinosus qui occupe le sud du pays et la sous-espèce bufo le nord. A partir de 2012, une série d’articles ont montré que spinosus et bufo étaient génétiquement fortement divergents et qu’ils s’hybridaient en zone de contact mais que l’hybridation est restreinte à la zone hybride. Ces deux lignées évolutives sont donc depuis peu considérées comme des espèces différentes, Bufo bufo et Bufo spinosus, aussi bien par la Société herpétologique de France (de Massary et al. 2019) que par la Societas Europaea Herpetologica (Speybroeck et al. 2020).

Vous avez dû vous en rendre compte, depuis plusieurs années la saisie du genre Bufo ne se faisait que par le binôme Crapaud commun/épineux (Bufo bufo/spinosus). En effet, suite à cette découverte des doutes subsistaient sur les critères de différenciation de ces deux espèces et les contours de leurs distributions étaient mal connus.

Ces travaux ont aussi montré que la distribution française de Bufo spinosus est plus étendue qu’on le pensait puisque l’espèce occupe toute la moitié ouest de la France ainsi que le sud et le sud-est.  Aujourd’hui, suites à de récentes études basées sur des analyses génétiques, nous avons une connaissance assez fine de leur distribution et de la zone de contact de ces deux espèces. Cette limite passe d’ailleurs en plein milieu de la France !

Plus précisément, la zone de contact qu’ils forment s’étend de les côtes de la Manche, près de Caen jusqu’à la côte méditerranéenne, près de Savona en Italie, en passant par le sud de Grenoble, pour une longueur de 900km. Cette zone de contact, dans laquelle on trouve uniquement des individus génétiquement mélangés (individus introgressés) est assez étroite et n’excède pas quelques kilomètres, même si des gènes de chaque espèce se retrouvent beaucoup plus loin dans la distribution de l’autre espèce.

Ainsi, vous l’aurez compris, le Crapaud commun (Bufo bufo) est absent de la Région PACA, où seul le Crapaud épineux (Bufo spinosus) est présent.

Nous n’ouvrirons donc désormais à la saisie sur Faune PACA que Bufo spinosus.

Photo : Crapaud épineux (Jean-François Azens)

Document à télécharger :  Bufo_spinosus_VF_faune_paca-4440.pdf
posté par Amine Flitti
 
mardi 18 août 2020
Oiseaux
Âge/Sexe des oiseaux, dispersion juvénile et fin des codes atlas

IMPORTANT! : Âge/Sexe des oiseaux, dispersion juvénile et fin des codes atlas

Nous voilà en aout et nous observons de plus en plus de jeunes oiseaux volants. Comme il existe une forte dispersion des juvéniles, nous attirons votre attention sur les points suivants :

  • Nous vous invitons à ne noter le code atlas 13 que lorsque vous observez des individus à peine volant ou manifestement né sur site.
  • La plupart des passereaux juvéniles ont (ou vont avoir) un plumage de type adulte, ne notez le détail "adulte" que si vous êtes certain de l'âge (en se basant sur des critères précis).
  • Il est quasi-impossible pour de nombreuses espèces de différencier les jeunes de 1ère année des femelles adultes, soyez donc très prudent quant au sexage des oiseaux (nb: il existe une catégorie "type femelle" dans les "détails de l'observation" qui permet de résoudre ce problème).

De même, la période de reproduction se terminant, il n'est plus nécessaire de noter les codes atlas possible ou probable (2 à 10) : il faut plutôt se concentrer sur les codes de nidification certain (>10). Tous les codes concernant la présence des oiseaux, des oiseaux chanteurs, la présence de couples, etc... sont désormais à éviter. En résumé, ne renseigner le code atlas qu'en présence de manifestations évidentes de reproduction.

Merci pour votre attention.

posté par Amine Flitti
 
mercredi 12 août 2020
Reptiles
Lancement des Défis nature Faune-PACA : les reptiles de montagne
A l'instar de son homologue d'Aquitaine, Faune-PACA lance un série de "Défis nature" pour mobiliser les observateurs sur des sujets ou des espèces pour lesquels il y a encore beaucoup à découvrir !
 
Le premier de ces défis porte sur les reptiles de montagne.
 
Un document supplémentaire a été publié pour vous permettre d'éviter les pièges fréquents d'identification de ces espèces. Ce document est disponible dans la rubrique Points-info Faune-PACA.
 
A vous de jouer !
 
Crédit photo : Lézard vivipare - Nicolas Fuento

Document à télécharger :  Défi nature 2020 - Les reptiles de montagne
posté par Thomas Girard
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 734

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Provence-Alpes-Côte d'Azur
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020