www.faune-paca.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
https://paca.lpo.fr/
Accueil
 
Les partenaires
 
ABC PACA
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Vulcain 2017
       - 
Mésange noire 2017
       - 
Grue cendrée 2017
       - 
Vautour fauve 2017
       - 
Vautour moine 2017
       - 
Frelon asiatique 15-17
       - 
Gypaète barbu 2017
       - 
Spélerpès de Strinati 13-17
       - 
Triton palmé 14-17
       - 
Castor d'Eurasie 2017
       - 
Loutre d'Europe 2017
       - 
Genette commune 14-17
       - 
Martre des pins 14-17
       - 
Salamandre tachetée 14-17
       - 
Bombyx du palmier 14-17
 - 
Les galeries
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Les oiseaux
Les mammifères
Reptiles et amphibiens
Arthropodes
  Les Odonates
  Les Rhopalocères
  les Hétérocères
  Les Orthoptères
  Les Coléoptères
    - 
Conseils et saisie
  Les Névroptères
  les Phasmes
  Les Mantes
  Les Scorpions
  Les Araignées
Enquêtes locales
Publications
Aide et ressources
Qui sommes-nous ?
Les liens

Conseils et saisie

Introduction sur les Coléoptères

Avec près de 10 000 espèces en France (au moins 5 800 en PACA) réparties dans plus de 160 familles, les Coléoptères constituent le plus grand ordre d’insectes connus et le plus diversifié.

Les coléoptères se différencient des autres insectes par la présence d’élytres, la première paire d’ailes sclérifiées, qui protège la seconde paire d’ailes membraneuses. Les élytres ne se recouvrent pas et s’accolent au milieu (la ligne formée est alors appelée suture). Ils sont parfois disjoints. Ils peuvent être rigides ou mous en fonction des espèces. Ils peuvent être longs, courts, ou absents comme chez la femelle du Ver luisant (Lampyris noctiluca).

Tous les Coléoptères ont des mandibules de type broyeur et ne partagent pas tous le même régime alimentaire. Chez les adultes, il existe des :

  • Phytophages (se nourrissent de végétaux)
  • Zoophages (se nourrissent d’animaux)
  • Nécrophages (se nourrissent d’animaux morts)
  • Coprophages (se nourrissent d’excréments)

Chez les larves, on retrouve deux autres régimes alimentaires :

  • Xylophages (mangent le bois)
  • Saproxylophages (mangent le bois décomposé ou mort)

On les trouve sur les chemins, sur les ombellifères ou autres fleurs (Longicornes, Cétoines….), sur les chemins forestiers (Bousiers, Longicornes..), dans les hautes herbes (Taupins..), dans les talus, dans l’herbe, dans son jardin (Cicindèles, Carabes, Coccinelles…), dans les feuilles mortes, sous les pierres, dans le compost (Carabes..), dans les cadavres (Nécrophores…), dans les excréments (Bousiers…)...

Ils peuvent être aussi crépusculaires ou nocturnes (Vers luisants, Lucanes, Carabes, certains Scarabées). On les trouve aussi dans les mares, les étangs (Dytiques) et les rives de cours d’eau sauvages (Carabes, Cicindèles).

 

Techniques de capture

Pour attraper des insectes, plusieurs techniques et matériels existent, en fonction des espèces recherchées et de l’habitat qu’elles fréquentent.

Présentation de quelques techniques de capture :

Le filet fauchoir : ce filet sert à collecter les insectes qui se trouvent dans les herbes et les buissons. Il est idéal pour attraper des insectes comme les Orthoptères (criquets, sauterelles et grillons), les Coléoptères ou les Hétéroptères (punaises), des insectes qui ne volent pas ou peu. Son utilisation est simple, il s’agit de faucher les végétaux de droite à gauche sur une petite surface, de regarder ce qui est tombé dedans et de collecter ce qui nous intéresse (voir illustration). Il n’y a pas vraiment de critère de taille ou de matériaux de fabrication, il doit par contre être solide, notamment le filet, pour éviter les déchirures et permettre un fauchage même dans de la végétation dense.

Utilisation du filet fauchoir (Illustration J. Goldstyn – Insectarium Montréal)

Le battage : cette technique consiste à frapper les branches et les feuilles des arbres et des arbustes pour faire tomber les insectes qui s’y cachent et de les réceptionner sur un support positionné sous le végétal. Pour cela, le matériel est simple, un bâton et une nappe de réception comme le « parapluie japonais » sont nécessaires (voir photo). Le battage ne convient pas aux insectes volants et sauteurs, mais à des petits insectes comme des chenilles, des punaises, des coléoptères et aussi des araignées

Battage et utilisation d’un parapluie japonais (Source : CIRAD – A. FRANCK)

La pêche des coléoptères aquatiques : les Dytiques carnassiers, vivant dans l’eau des mares, étangs, rivières, torrents et lacs doux au saumâtres, peuvent être capturés à l’aide d’une épuisette. Mais l’instrument le plus efficace est le filet dit « troubleau », qui permet de prospecter de façon plus large et efficace. Son utilisation est des plus simples : tenir le manche du filet à deux mains, l’enfoncer dans l’eau à l’endroit choisi, assez près du fond, et exécuter le plus rapidement possible plusieurs mouvements d’aller et retour, l’ouverture du filet étant, bien entendu, dirigée vers l’avant ; il faut donc à chaque extrémité du parcours, faire virer brusquement le filet avant de revenir en arrière. Le principe est de créer par un premier mouvement un courant d’eau qui entraîne les insectes, ceux-ci étant capturés par le mouvement suivant en sens inverse.Une fois l’insecte capturé, il est utile d’être muni d’un bocal qui après avoir reçu un peu d’eau, pourra accueillir le Coléoptère à des fins d’observation.

Le piégeage : une stratégie très efficace pour la capture des Coléoptères terrestres est l’utilisation de pièges de type « Barber ». Ce dispositif consiste à enterrer un pot de plastique de sorte à ce que l’ouverture du pot soit au ras du sol. L’insecte passant par-là tombe ainsi dans le piège et ne peut en sortir. Afin de cibler certaines familles de Coléoptères comme les Bousiers ou les Nécrophores, il est pertinent d’appâter le piège avec un appât (excrément pour les premiers, cadavre pour les seconds). Au-dessus du pot, il est ainsi possible de placer une grille à large mailles, et en son centre l’appât.

http://files.biolovision.net/www.faune-paca.org/userfiles/coleo/piegea.jpg

http://files.biolovision.net/www.faune-paca.org/userfiles/coleo/piegeb.jpg

Piège Barber appâté à l’excrément pour la capture de Coléoptères coprophages (Source : William PERRIN)

 

Saisissez vos données !

Faune-Paca propose l’onglet leur correspondant :

pour la saisie de plusieurs familles de Coléoptères (une grande partie non listée ci-dessous est réservée aux spécialistes), dont les espèces sont présentes ou potentiellement présentes en PACA :

Il rassemble les Coléoptères présents ou raisonnablement potentiels en PACA qui seront pris en compte par faune-paca, ils appartiennent aux familles actuelles suivantes (susceptibles d’être élargies) :

  • Buprestidae (Buprestes)
  • Carabidae (Carabes)
  • Cerambycidae (Longicornes)
  • Chrysomelidae (Chrysomèles)
  • Cleridae (Clairons)
  • Coccinellidae (Coccinelles)
  • Elateridae (Taupins)
  • Geotrupidae (Bousiers)
  • Lampyridae (Vers luisants)
  • Lucanidae (Lucanes)
  • Scarabaeidae (Cétoines, Bousiers, hannetons, Hoplies...)

Et encore 58 autres familles…

 

Les difficultés d'identification

Certaines espèces sont déterminables à vue, sur la base d’une observation correcte in situ ou chez soi des caractères distinctifs bien décrits dans la littérature spécialisée ou sur internet, sous réserve d’utiliser des sources sûres.

Mais pour de nombreuses autres espèces, une photo reste insuffisante et une bonne identification passe par un prélèvement avant examen sous la loupe binoculaire ou pratique des genitalia. C’est une affaire de spécialistes.

Il est important de noter dans les commentaires liés aux saisies des observations  la taille de l’insecte, le support végétal utile à certaines espèces, ainsi que l’habitat : ces notions favorisent une détermination plus aisée.

De fait, deux sélections d'espèces sont disponibles à la saisie :

  • Espèces accessibles à tous :

Une sélection d'environ 90 espèces, susceptible d’évoluer, est accessible à la saisie pour tous.

Il s’agit d’espèces faciles à déterminer, et qui ne prêtent guère à confusion sous réserve d’un examen rigoureux. Dans la plupart des cas, une photo attachée à l’observation reste hautement souhaitable (si possible accompagnée d'une échelle). Les critères ayant conduit à l'identification seront opportunément joints en commentaire, surtout si vous n'avez qu'une faible expérience sur le sujet.

En cas de doute, une démarche en amont vers des forum (ex : www.insecte.org ou forum-faunepaca) est recommandée avant de saisir la donnée.

Note : pour beaucoup d'espèces, il n'y a aucun nom vernaculaire associé. L'utilisation du nom scientifique est préférable (aller dans l'onglet "Mon compte / Personnalisation du site", puis modifier "Langue de saisie").

Cette liste est susceptible d’évoluer. 

 

Nom vernaculaire

Nom latin

Famille

 

Platyrhinus resinosus

Anthribidae

 

Platystomos albinus

Anthribidae

Anthaxie hongroise

Anthaxia (Cratomerus) hungarica

Buprestidae

Le Moine 

Cantharis rustica

Cantharidae

 

Anchomenus dorsalis

Carabidae

Calosome sycophante

Calosoma sycophanta

Carabidae

Carabe doré

Carabus auratus auratus

Carabidae

Cicindèle champêtre

Cicindela campestris

Carabidae

Cicindèle des Alpes

Cicindela gallica

Carabidae

Cicindèle marocaine

Cicindela maroccana

Carabidae

 

Anoplodera sexguttata

Cerambycidae

Chlorophore soufré

Chlorophorus varius

Cerambycidae

Ergate forgeron

Ergates faber

Cerambycidae

Rosalie des Alpes

Rosalia alpina

Cerambycidae

Lepture tâchetée

Rutpela maculata

Cerambycidae

Saperde à échelons

Saperda scalaris

Cerambycidae

Lepture porte-cœur

Stictoleptura cordigera

Cerambycidae

Vadonie à un point

Vadonia unipunctata

Cerambycidae

Chrysomèle du romarin ou américaine

Chrysolina americana

Chrysomelidae

Doryphore

Leptinotarsa decemlineata

Chrysomelidae

 Le Trichode des ruches ou Le Clairon

Trichodes alvearius

Cleridae

 Le Clairon des abeilles

Trichodes apiarius

Cleridae

 Le Clairon

Trichodes leucopsideus

Cleridae

Le Clairon à huit points 

Trichodes octopunctatus

Cleridae

 Le Trichodes des ombelles

Trichodes umbellatarum

Cleridae

 L’Anatis ocellé

Anatis ocellata

Coccinellidae

Coccinelle à sept points

Coccinella (Coccinella) septempunctata

Coccinellidae

 Coccinelle à vingt-deux points

Psyllobora vigintiduopunctata

Coccinellidae

 Coccinelle à seize points

Tytthaspis sedecimpunctata

Coccinellidae

 Le Dytique marginé

Dytiscus marginalis

Dytiscidae

Geotrupe du bois

Anoplotrupes stercorosus

Geotrupidae

 

Bolbelasmus gallicus

Geotrupidae

 

Geotrupes mutator

Geotrupidae

Geotrupe du fumier

Geotrupes stercorarius

Geotrupidae

Scarabée sans corne

Odonteus (Bolboceras) armiger 

Geotrupidae

 

Sericotrupes niger

Geotrupidae

 

Thorectes (Jekelius) intermedius

Geotrupidae

 

Trypocopris alpinus

Geotrupidae

 

Trypocopris vernalis

Geotrupidae

 

Atholus bimaculatus

Histeridae

 

Hister illigeri

Histeridae

L’Hister à quatre tâches 

Hister quadrimaculatus

Histeridae

 

Hololepta plana

Histeridae

 

Margarinotus binotatus

Histeridae

 

Margarinotus bipustulatus

Histeridae

 

Saprinus (Hister) maculatus

Histeridae

Vers Luisants*

Lampyridae sp*

Lampyridae*

Petite biche

Dorcus parallelipipedus

Lucanidae

Lucane cerf-volant

Lucanus (Lucanus) cervus

Lucanidae

 

Sinodendron cylindricum

Lucanidae

 

Bubas bison

Scarabaeidae

 

Bubas bubalus

Scarabaeidae

 

Caccobius schreberi

Scarabaeidae

Cétoine dorée

Cetonia aurata

Scarabaeidae

 

Copris hispanus hispanus

Scarabaeidae

Copris lunaire 

Copris lunaris

Scarabaeidae

 

Gymnopleurus flagellatus

Scarabaeidae

 

Gymnopleurus mopsus

Scarabaeidae

 

Gymnopleurus sturmii

Scarabaeidae

Hanneton commun

Melolontha melolontha

Scarabaeidae

Cétoine noire

Netocia (Protaetia) morio

Scarabaeidae

 

Onitis belial

Scarabaeidae

Scarabée rhinocéros

Oryctes (Oryctes) nasicornis

Scarabaeidae

Pique-prune

Osmoderma eremita

Scarabaeidae

Drap mortuaire

Oxythyrea funesta

Scarabaeidae

Hanneton foulon

Polyphylla (Polyphylla) fullo

Scarabaeidae

 

Scarabaeus (Ateuchetus) laticollis

Scarabaeidae

 

Scarabaeus (Ateuchetus) semipunctatus

Scarabaeidae

 Le Bousier sacré

Scarabaeus (Scarabaeus) sacer

Scarabaeidae

 

Scarabaeus (Scarabaeus) typhon

Scarabaeidae

 Le Sisyphe de Schaeffer

Sisyphus schaefferi

Scarabaeidae

 Le Nécrophore des rivages

Necrodes littoralis

Silphidae

 

Nicrophorus humator

Silphidae

 

Nicrophorus interruptus

Silphidae

 

Nicrophorus investigator

Silphidae

 

Nicrophorus vespillo

Silphidae

 

Nicrophorus vespilloides

Silphidae

 

Allophylax picipes

Tenebrionidae

 

Blaps lethifera

Tenebrionidae

Le Scarabée funèbre 

Blaps mucronata

Tenebrionidae

 

Trox (Trox) hispidus

Trogidae

 

Trox (Trox) perlatus

Trogidae

 

Trox (Trox) perrisii

Trogidae

Le Trox rude 

Trox (Trox) scaber

Trogidae

* La clé des espèces de Vers luisants est à présent disponible, mais leur saisie est réservée aux spécialistes. Pour les Vers luisants ne pouvant être identifiés de façon rigoureuse, il convient de saisir la donnée sous Lampyridae sp (saisie pour tous).

  • Le mode "expert" :

Les déterminateurs confirmés et/ou experts peuvent demander l’accès à la saisie de l'ensemble des taxons par courriel à amine.flitti@lpo.fr en lui faisant connaître leur niveau de compétence. Un collège d'expert validera ou non la demande.

Au vue de la difficulté d'identification de nombreuses espèces, et l'impossibilité d'apporter un suivi absolument exhaustif pour toutes les espèces communes, il est donc demandé :

  • aux observateurs confirmés :
    • De joindre à l’observation une photo exploitable et/ou une description obligatoire pour les espèces difficiles à déterminer, même si elles sont assez fréquentes.
  • aux observateurs experts :
    • De joindre une photo exploitable et/ou une description seulement obligatoire pour les observations rares et/ou remarquables (ex : espèces non signalées récemment dans le département ou jamais signalées d’après les cartes de l’INPN, espèces très localisées, espèces signalées hors région naturelle ou altitude habituelle, espèces peu fréquentes et contactées hors périodes décrites dans les ouvrages de référence).
  • à tous les observateurs :
    • Il est conseillé de compléter au maximum leurs données par des éléments de détermination tels que les conditions d'observation, le biotope, l’heure, la plante-hôte, le stade chenille, la taille - il est conseillé de mesurer les spécimens simplement en mettant une règle ou un mètre ruban à côté au moment de faire la photo (sauf pour les espèces faciles).

Tout ceci est à préciser dans les commentaires lors de la saisie.

Concernant les données historiques :

  • Si aucun critère déterminant ni photo exploitable n’est joint à l’observation, elle ne restera que probable et les validateurs ne pourront se porter garants de ces données (après demande de vérification auprès des contributeurs).

Concernant les données de seconde main :

  • Dans la mesure où il y a forcément un accord conclu entre l’observateur et celui qui saisit la donnée, il est important de savoir qui a identifié l’espèce (cela peut être une tierce personne) et de le noter dans les commentaires (les initiales suffisent). Ceci afin de faire perdre moins de temps aux validateurs qui se trouvent obligés de questionner celui ou celle qui saisit la donnée, puisqu’il ne s’agit pas de la sienne;
  • Nous demandons aussi que soient joints systématiquement à toutes ces observations une photo exploitable et/ou des critères déterminants.

Les données seront invalidées dans les cas suivants :

  • Si la photo jointe à l’observation est inexploitable et/ou si les éléments fournis par l’observateur ne sont pas concluants,
  • Si les observateurs ne répondent pas ou mal ou si leur réponse n’est pas concluante (après relance éventuelle) aux questions posées aux fins de validation de leur donnée,

Merci à tous les contributeurs de tenir compte des exigences des validateurs exposées ci-dessus et bonnes saisies à tous !

 

Site Web pour aider à l'identification

Quelques clés d'identification :

Autres liens utiles :

Pour connaître le statut et la répartition des espèces en France, rendez-vous sur le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel https://inpn.mnhn.fr

 

Bibliographie

Insectes de France et d’Europe occidentale de Michaël Chinéry (édition revue et augmentée) qui consacre un gros chapître sur les Coléoptères (mais loin d’être exhaustif bien entendu !) aux Editions Flammarion.

Collection « Coléoptères d’Europe » et « Coléoptères phytophages d’Europe » de Gaétan du Chatenet en plusieurs volumes – Editions NAP - (beaucoup plus coûteux).

 

Merci à www.fcpn.org (cahier technique CPN : à la rencontre des Coléoptères) et à passion-entomologie.fr pour l'aimable autorisation de reproduction de leurs pages !


Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Provence-Alpes-Côte d'Azur
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017