www.faune-paca.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
https://paca.lpo.fr/
Accueil
 
Les partenaires
 
ABC PACA
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Vulcain 2017
       - 
Mésange noire 2017
       - 
Grue cendrée 2017
       - 
Vautour fauve 2017
       - 
Vautour moine 2017
       - 
Frelon asiatique 15-17
       - 
Gypaète barbu 2017
       - 
Spélerpès de Strinati 13-17
       - 
Triton palmé 14-17
       - 
Castor d'Eurasie 2017
       - 
Loutre d'Europe 2017
       - 
Genette commune 14-17
       - 
Martre des pins 14-17
       - 
Salamandre tachetée 14-17
       - 
Bombyx du palmier 14-17
 - 
Les galeries
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Les oiseaux
Les mammifères
Reptiles et amphibiens
Arthropodes
Enquêtes locales
Publications
Aide et ressources
Qui sommes-nous ?
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 588
 
lundi 4 décembre 2017
Les différents mode de saisie

Faune-Paca permet de saisir les données selon différentes modalités, mais pour lesquelles les finalités ne sont pas les mêmes. Cependant, elles alimentent toutes la même base de données, aucune double saisie n’est à prévoir. Dans certains cas, les données saisies localement alimentent des bases de données nationales ou européennes (sous format brut ou synthétique).

  • Observations ponctuelles

Il s’agit de données récoltées sans protocole, de façon aléatoire. Dans ce cas, il faut utiliser le masque de saisie « normal », ou l’application mobile "NaturaList". Dans tous les cas, plus la donnée sera détaillée et précise, plus elle sera exploitable. Notamment : effectif, localisation précise, comportement, code atlas, mortalité…

C’est le cas le plus courant. Le masque de saisie est : http://www.faune-paca.org/index.php?m_id=10&backlink=rset&taxo_group=o

  • Observations protocolées

Il s’agit de données collectées selon un protocole plus ou moins précis :

  1. Formulaire : c’est un protocole très simple, qui nécessite d’indiquer la pression d’observation (plage horaire), et de noter TOUTES les espèces contactées, en toute saison. Ainsi, nous disposons de l’information présence/absence, de l’effectif et de la pression d’observation. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur le lieudit concerné et de choisir «remplir un formulaire journalier». Vous pouvez bien sur utiliser l'application mobile (bloc-note en haut à droite). Il est possible de renseigner autant de formulaire que voulu, d’une durée allant de 5 à 60 minutes, et sans se déplacer (ou sur une petite zone, par exemple autour d’un étang…).
  2. Oiseaux des jardins : Il s’agit d’un « mini-formulaire », mais qui ne concerne que l’enquête spécifique «oiseaux des jardins». On renseigne les animaux fréquentant son jardin (pas ceux qui ne font que le survoler !), et surtout on utilise cette saisie pour renseigner un recensement « exhaustif ». Il ne FAUT PAS saisir de données ponctuelles avec ce formulaire. Si vous notez une simple observation, il faut utiliser le masque de saisie «normal». Le masque de saisie oiseaux des jardins est http://www.faune-paca.org/index.php?m_id=1404.
  3. Autres (STOC, SHOC, IPA, WETLANDS…) : d’autres protocoles existent mais il faut disposer d’un droit particulier (obtention sur simple demande) pour les utiliser et y saisir vos données. Il s’agit des STOC (EPS, sites, montagne…), du SHOC, mais aussi les comptages basés sur les IPA, les IKA, les comptages surfaciques, les transects, etc. Plus d'explication ici : http://wiki.biolovision.net/index.php/Module_de_saisie_protocol%C3%A9e.

Nous vous invitons à utiliser le plus souvent possible la saisie par formulaire. Voici quelques raisons :

La liste = formulaire fait l’unanimité

Scientifiques, statisticiens, cartographes et naturalistes sont unanimes. Si toutes les données ont un intérêt, les plus intéressantes sont, de très loin, celles collectées sous forme de listes = formulaires, et idéalement de listes complètes. On entend par là, un inventaire mené sur un site, durant un pas de temps connu, listant et quantifiant toutes les espèces détectées à vue ou à l’oreille.

Je ne reconnais pas toutes les espèces, est-ce un problème ?

Évidemment, les listes des ornithologues débutants ne seront probablement pas aussi complètes que celles des naturalistes les plus expérimentés. Ce n’est pas grave, il existe des modèles pour corriger ces biais. Au final, une liste de débutant est bien plus exploitable scientifiquement qu’une longue série de données saisies isolément par un spécialiste.

Quelle durée pour mes listes ?

Peu importe. Idéalement toutefois, les listes doivent au moins durer 5 minutes et ne pas excéder deux heures. Plus courtes, elles seront très incomplètes, plus longues, l’observateur perdra beaucoup d’attention et la pression d’observation se diluera. Si vous restez très longtemps sur un site d’observation, il peut être plus intéressant de faire plusieurs séries de liste de 10 minutes, plutôt qu’une longue liste s’étalant sur toute une journée par exemple.

Pourquoi les listes sont-elles si intéressantes ?

Les listes complètes sont extrêmement intéressantes car elles permettent d’évaluer la fréquence de détection des espèces selon la date et le lieu. Cela permet notamment de suivre l’évolution de la date d’arrivée et de départ des espèces migratrices, mais aussi d’évaluer les fluctuations de détectabilité de certaines espèces sédentaires au cours de l’année. Les listes complètes facilitent par ailleurs les calculs de pression d’observation, la modélisation de la répartition spatiale des espèces et l’évaluation de leurs populations.

Comment saisir mes données par liste ?

Sur l’application mobile NaturaList, il suffit de cliquer sur l’icone en haut à droite de l’écran. Idéalement, il convient alors de positionner et dénombrer chaque espèce autour de vous. Quand vous ne détectez plus rien, il suffit de stopper la saisie en cliquant sur le carré jaune en haut à droite. On vous demande alors de confirmer que vous avez noté toutes les espèces que vous êtes en capacité d’identifier.

Sur l’ordinateur, il faut pointer le curseur sur un lieu-dit et choisir « Remplir un formulaire journalier sur ce lieu-dit ».

La France, très en retard sur la saisie par liste !

La quasi-totalité des données ornithologiques sont saisie par liste en Amérique, le taux de couverture des listes est très impressionnant en Grande-Bretagne, en Suisse ou en Allemagne. La France est très en retrait sur ce sujet. Il convient donc que nous fassions collectivement un effort et changions de façon de collecter nos données pour qu’elles contribuent plus efficacement aux suivis et atlas locaux, nationaux et internationaux.

Alors, à vos listes !

posté par Amine Flitti
 
lundi 27 novembre 2017
Mammifères
Re-Découverte de la musaraigne alpine dans le Champsaur

C'est par des indices indirects, en l’occurrence l'analyse de pelotes de réjection des rapaces, que la présence de ce petit rongeur est désormais confirmée. Aux naturalistes, maintenant, de tenter de l'observer !

Lire la suite en cliquant sur le lien suivant.

posté par Amine Flitti
 
jeudi 9 novembre 2017
Orthoptères
Des données valorisées !

Depuis 2015, un travail de recensement des Orthoptères du Vaucluse est effectué. Des prospections sont menées de manière intense par des entomologistes et naturalistes de diverses associations et les informations de différentes bases de données sont analysées. Des observations plus ou moins récentes d'espèces qui n’ont pas été citées depuis longtemps ou nouvelles pour le département ont été enregistrées sur www.faune-paca.org et sur d’autres bases en ligne ; elles ont pu être valorisées avec l’accord des observateurs et des gestionnaires de ces bases. 

15 taxons intéressants ont été mis en évidence à travers l’article de Vincent DERREUMAUX et des co-auteurs Stéphane BENCE, Yoan BRAUD et Jérôme BRICHARD "Contribution à la connaissance de l'orthoptérofaune du Vaucluse : taxons récemment découverts ou redécouverts".

On y mentionne par exemple Barbitistes serricauda sur le Grand Luberon en juillet 2016, qui constitue une redécouverte.

Cet article est récemment paru dans le Tome 22 (2017) du MOE (Matériaux Orthoptériques et Entomocénotique) disponible auprès de l'ASCETE (www.ascete.org).

Grande Leptophye Leptophyes laticauda (V. Derreumaux)

posté par Amine Flitti
 
lundi 30 octobre 2017
Mammifères
Découverte de la Loutre d'Europe dans les Hautes-Alpes !

La semaine dernière, des prospections le long de la Durance ont permis de détecter des indices de présence de la loutre bien en amont des secteurs connus !

Des épreintes ont ainsi pu être observées au niveau du barrage de la Saulce, sur la commune de Curbans (04) et au niveau du barrage d’Espinasses (05) tout proche de Serre-Ponçon !

Un grand pas en avant pour la loutre d’Europe qui n’avait jusqu’à présent été observée que jusqu’à Malijai (04).

Après la fin du Plan National d’Action (2010-2015), les actions en faveur de la loutre continuent.

Le PNA qui concernait la loutre s’est terminé en 2015 et le bilan est paru en 2016. Il est consultable ici.

La LPO était chargée de son animation en PACA. Son objectif à long terme était le maintien des populations existantes et le retour de la loutre d’Europe sur son ancienne aire de répartition, cela dans les meilleures conditions possibles de cohabitation avec les activités humaines.

En région PACA, les populations de Loutre d’Europe ont vraisemblablement disparu dans les années 1970 (MATHEVET 1996). La présence de la Loutre est de nouveau établie en région PACA depuis 2009 où l’espèce a été détectée sur le Rhône, le Lez et l’Aygues (84), la Durance, le Calavon.

L’espèce est en cours de reconquête de son ancienne aire. Carte de répartition en PACA en 2017 : http://www.faune-paca.org/index.php?m_id=30599.

Une enquête participative a été réalisée durant la période du PNA afin de réaliser un état des lieux précis de la répartition de la loutre en PACA. La LPO PACA souhaite renouveler cette enquête en 2018 afin d’actualiser la répartition de l’espèce, notamment sur le Rhône et la Durance. Si vous êtes intéressés pour participer à cette enquête n’hésitez pas à nous contacter (contacts en bas de page).

Aussi, une formation est proposée les 27 et 28 novembre 2017, afin de former à la reconnaissance des mammifères semi-aquatiques : Loutre d’Europe, Castor d’Eurasie et Campagnol amphibie. Cette formation portera sur les thématiques suivantes :

  • Etat des lieux des connaissances sur les mammifères semi-aquatiques en France et en PACA ;
  • Habitats naturels et critères de détermination de ces espèces ;
  • Menaces et protection ;
  • Le Plan National d’Action en faveur de la loutre ;
  • Sorties terrain et observation des indices de présence.

La formation se déroulera sur deux jours dans le nord Vaucluse et sera animée par Pierre MIGAUD, Animateur nature à la LPO PACA et Nicolas FUENTO, Chargé d’étude faune à la LPO PACA.

Pour tout renseignement complémentaire :

nicolas.fuento@lpo.fr / 04 42 55 68 83 / 06 88 64 22 83

pierre.migaud@lpo.fr / 04 90 06 07 46 / 06 25 25 13 00

 

Barrage d'Espinasses (N. Fuento)

posté par Amine Flitti
 
samedi 28 octobre 2017
Oiseaux
Oiseaux : quel mode de saisie choisir ?

Quel est le mode de saisie le plus pertinent ? Les scientifiques et statisticiens d'une vingtaine de pays, dont les Etats-Unis, réunis à Namur il y a quelques mois, sont unanimes. Toutes les données sont intéressantes, quel que soit leur mode de collecte, mais les plus valorisables sont les données collectées par "listes complètes" au cours d'un pas de temps connu : c'est à dire celles issues de formulaires journaliers.

Pourquoi ? Les "listes d'espèces complètes" donnent des informations sur TOUTES LES ESPECES PRESENTES (ou du moins toutes celles détectées) mais aussi sur TOUTES LES ESPECES ABSENTES (ou non détectées).

Dans le mode de saisie "espèce après espèce", il est impossible de savoir si une absence de donnée traduit une absence effective de l'oiseau ou une absence de saisie. En outre, il y a un biais important avec ce mode de collecte de données : les espèces les plus communes et les plus répandues sont moins fréquemment notées que les espèces rares ou peu fréquentes. Ainsi, sur certains portails de saisie locaux, les données de Buses variables sont plus nombreuses que celles de Moineaux domestiques.

Dès lors, il devient difficile, voire impossible, de faire des études fiables sur la phénologie, la répartition, la détectabilité par unité de temps ou selon les habitats, de constituer des modèles prédictifs d'évolution, d'évaluer les fréquences, les densités et les effectifs.

Que faire ? Si vous avez un mode de saisie qui vous convient et répond à vos attentes, continuez à l'utiliser. Si vous souhaitez que vos observations soient plus valorisables au plan local, régional, national et européen, alors il convient de se tourner, au moins partiellement, vers la saisie par formulaires journaliers sur un pas de temps de 5 minutes au moins. Dans ce contexte, la saisie sur le terrain via NaturaList devient l'outil le plus efficace car il permet 1) un pointage précis de chaque oiseau ou groupe d'oiseaux ; 2) la réalisation d'un inventaire complet sur un site (en cochant : j'ai noté toutes les espèces). La saisie sur ordinateur demeure possible mais implique que les observations soient toutes notées sur le vif, dans un carnet, lors de votre inventaire.

Bonnes observations !

posté par Amine Flitti
 
mardi 24 octobre 2017
Observer les baleines et autres cétacés en France et en Europe

L'ouvrage "Observer les baleines et autres cétacés en France et en Europe" était particulièrement attendu. Facile à glisser lors des sorties en mer, il permettra l’identification des cétacés sur nos rivages méditerranéennes ou lors d'escapades en Atlantique. Après une introduction générale sur les cétacés, l’ouvrage présente une série de fiches pour en savoir plus sur chaque espèce.

Les éléments permettant l’identification en mer sont très bien illustrés. Des informations sur le mode de vie et les attitudes de ces mammifères sont également données afin d’aider l'observateur à reconnaître aisément chaque espèce.

Mark Carwardine et Frank Dhermain sont deux spécialistes internationalement reconnus pour leurs travaux et les observations des cétacés. Ils signent ici un ouvrage de référence avec de nombreuses photos.

Sur faune-paca, il n'est pas encore possible de saisir vos observations faites en mer. Par contre, n'hésitez pas à utiliser votre application NaturaList pour cela, vos observations seront ainsi visibles sur www.faune-france.org.

Bonnes obs ! 

posté par Amine Flitti
 
vendredi 20 octobre 2017
Oiseaux
La migration au Fort de la Revère, ça continue !

La migration des Pigeons ramiers, c'est parti depuis le 7 octobre. Au Fort de la Revère, observateurs passionnés et curieux de nature ont pu profiter des magnifiques nuées d'oiseaux. Les Pigeons ramiers volent par groupe de plusieurs dizaines à plusieurs centaines d’individus. Dans ce genre de vols, les oiseaux échangent régulièrement leur position, pour que les oiseaux en tête ne soient pas toujours les mêmes afin d'économiser un maximum d’énergie. La plus belle journée s'est déroulée le 15 octobre avec plus de 6 550 Pigeons ramiers comptabilisés entre 8h et 12h. Le collectif du Fort de la Révère présent les 7, 8, 14 et 15 octobre a dénombré au total, plus de 15 000 pigeons. Une grande partie de ces oiseaux iront rejoindre leurs quartiers d’hivers situés dans la Péninsule Ibérique.

Les passereaux étaient également au rendez-vous avec 18 espèces différentes et 1 371 individus observés durant ces deux wekends d'octobre. Les plus nombreux étaient les Pinsons des arbres, petits passereaux d'une envergure de 25 cm, qu'il n'est pas toujours facile de repérer en migration. Par ailleurs ils laissent échapper un « twing » très sonneur et régulier lorsqu’ils sont en vol  permettant aux observateurs de les identifier et de localiser aussitôt ces groupes d'oiseaux formés de quelques dizaines d’individus.  

En parallèle, la migration des rapaces continue et nous offre un tout autre spectacle ; le voyage silencieux et solitaire. Parmi les espèces remarquables, les Aigle bottés dont le parcours de migration est assez surprenant. En effet, certains Aigles bottés espagnols allant hiverner en Afrique, et qui auraient dû logiquement se diriger vers le sud pour franchir le détroit de Gibraltar remontent parfois le long de la côte méditerranéenne en direction de l'Italie et survolent donc la région PACA, sans que les raisons en soient vraiment connues.

A vos jumelles ! La LPO PACA sera présente chaque weekend jusqu'au 5 novembre de 8h à 17h. Nous continuerons d'observer Pigeons ramiers, passereaux, les derniers rapaces migrateurs et nous aurons peut-être la chance d'observer les Grues cendrées.

posté par Cécile Lemarchand
 
mardi 19 septembre 2017
Oiseaux
Fort de la Revère : quel spectacle pour le premier jour d’ouverture du camp de migration !

Le 16 septembre dernier, le parc naturel départemental de la Grande Corniche a enfin ouvert ses portes, après 15 jours d’alerte incendie, permettant à de nombreux ornithologues et passionnés d’ouvrir le camp de migration au fort de la révère. Plus de 260 rapaces ont ouvert le bal et enthousiasmé leur public. Au rendez-vous, 154 Bondrées apivores, 72 Circaètes Jean-le-Blanc, 10 Busards des roseaux, 6 Éperviers d’Europe, 1 Aigle royal, 1 Balbuzard pêcheur, 9 Faucons hobereaux et nous avons eu la chance d’observer 1 Aigle botté et 1 Faucon d’Éléonore. Nous avons aussi eu l’occasion de voir les 3 espèces de martinets, ainsi qu’une centaine d’hirondelles de fenêtre, 2 Pipits des arbres, 1 Bergeronnette printanière, 3 Bergeronnettes des ruisseaux et pour finir, un trio de Grands Cormorans.

Nous vous donnons rendez-vous le week-end prochain au Fort de la Revère pour spotter en toute convivialité !

posté par Amine Flitti
 
lundi 18 septembre 2017
Papillons de jour
Petit mais costaud !

Il ne pèse pas plus qu'une plume et atteint une envergure de quelques centimètres seulement. Et pourtant, il traverse les montagnes et les mers, il défie le vent et le temps. Il s'agit du Vulcain, le papillon migrateur aux ailes caractéristiques noires garnies de bandes rouges et de taches blanches.

La migration automnale de ce papillon a commencé. Veuillez s’il vous plaît signaler toute observation de Vulcain via faune-paca ! Vous soutiendrez ainsi le projet de science participative dédié à l’étude de la migration et de la répartition du Vulcain en Europe, lancé par l’Université de Berne en Suisse.

Un grand merci pour votre précieuse collaboration!

Marco Thoma, Groupe de recherche «Migration et Écologie des Insectes», Université de Berne, Suisse

 

Le groupe de recherche sur les réseaux sociaux

Twitter: https://twitter.com/insectmigration

Facebook: https://www.facebook.com/insectmigration/

 

Vous trouverez toutes les informations sur le projet, ainsi que de nombreux liens ici:

https://insectmigration.wordpress.com/red-admiral-migration/la-migration-du-vulcain/

posté par Amine Flitti
 
mercredi 6 septembre 2017
Mammifères
Saisie des données de mammifères

Il est très utile de renseigner les conditions d'observations pour les mammifères ! En effet ces espèces, à quelques exceptions, sont rarement observées de visu. Afin de pouvoir travailler au mieux sur les données à l'avenir, merci de prendre le temps de bien renseigner les conditions d'observation :

  • Pour un animal mort, n'indiquez aucune condition d'observation, à l'exception facultative de "1x en main" si tel est le cas, mais cochez bien la case "L'animal est mort ou blessé" dans la rubrique "Autres données/informations" et modifier le module mortalité à minima (inconnu / collision véhicule... le plus souvent).
  • Pour un animal vivant, indiquez : "1x vu" quand vous l'avez observé ou "1x contact auditif" pour un animal seulement entendu.
  • Pour un animal dont seuls les indices de présence ont été observés (empreintes, tumulus, boutis, frottis, rongis, crottes...), notez 1 ou >1 individu et indiquez : "1x observation indirecte" ou "1x contact olfactif" pour ce cas particulier (urine de renard par exemple). Vous pouvez utilement indiquer le type d'indices observés en remarque.
  • Pour un petit mammifère dont la détermination a nécessité de l'avoir en main, qu'il soit vivant ou mort, indiquez "1x en main".

Enfin, pour ceux qui saisissent avec l'appli NaturaList, le module mortalité n'étant pas disponible, n'oubliez pas d'aller compléter vos données de mammifères après synchronisation.

Un grand merci à toutes et tous et bonnes observations !

posté par Amine Flitti
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 588

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Provence-Alpes-Côte d'Azur
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017