www.faune-paca.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
https://paca.lpo.fr/
Accueil
 
Les partenaires
 
ABC PACA
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Vulcain 2017
       - 
Mésange noire 2017
       - 
Grue cendrée 2017
       - 
Vautour fauve 2017
       - 
Vautour moine 2017
       - 
Frelon asiatique 15-17
       - 
Gypaète barbu 2017
       - 
Spélerpès de Strinati 13-17
       - 
Triton palmé 14-17
       - 
Castor d'Eurasie 2017
       - 
Loutre d'Europe 2017
       - 
Genette commune 14-17
       - 
Martre des pins 14-17
       - 
Salamandre tachetée 14-17
       - 
Bombyx du palmier 14-17
 - 
Les galeries
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Les oiseaux
Les mammifères
Reptiles et amphibiens
Arthropodes
Enquêtes locales
Publications
Aide et ressources
Qui sommes-nous ?
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 582
 
vendredi 20 octobre 2017
Oiseaux
La migration au Fort de la Revère, ça continue !

La migration des Pigeons ramiers, c'est parti depuis le 7 octobre. Au Fort de la Revère, observateurs passionnés et curieux de nature ont pu profiter des magnifiques nuées d'oiseaux. Les Pigeons ramiers volent par groupe de plusieurs dizaines à plusieurs centaines d’individus. Dans ce genre de vols, les oiseaux échangent régulièrement leur position, pour que les oiseaux en tête ne soient pas toujours les mêmes afin d'économiser un maximum d’énergie. La plus belle journée s'est déroulée le 15 octobre avec plus de 6 550 Pigeons ramiers comptabilisés entre 8h et 12h. Le collectif du Fort de la Révère présent les 7, 8, 14 et 15 octobre a dénombré au total, plus de 15 000 pigeons. Une grande partie de ces oiseaux iront rejoindre leurs quartiers d’hivers situés dans la Péninsule Ibérique.

Les passereaux étaient également au rendez-vous avec 18 espèces différentes et 1 371 individus observés durant ces deux wekends d'octobre. Les plus nombreux étaient les Pinsons des arbres, petits passereaux d'une envergure de 25 cm, qu'il n'est pas toujours facile de repérer en migration. Par ailleurs ils laissent échapper un « twing » très sonneur et régulier lorsqu’ils sont en vol  permettant aux observateurs de les identifier et de localiser aussitôt ces groupes d'oiseaux formés de quelques dizaines d’individus.  

En parallèle, la migration des rapaces continue et nous offre un tout autre spectacle ; le voyage silencieux et solitaire. Parmi les espèces remarquables, les Aigle bottés dont le parcours de migration est assez surprenant. En effet, certains Aigles bottés espagnols allant hiverner en Afrique, et qui auraient dû logiquement se diriger vers le sud pour franchir le détroit de Gibraltar remontent parfois le long de la côte méditerranéenne en direction de l'Italie et survolent donc la région PACA, sans que les raisons en soient vraiment connues.

A vos jumelles ! La LPO PACA sera présente chaque weekend jusqu'au 5 novembre de 8h à 17h. Nous continuerons d'observer Pigeons ramiers, passereaux, les derniers rapaces migrateurs et nous aurons peut-être la chance d'observer les Grues cendrées.

posté par Cécile Lemarchand
 
mardi 19 septembre 2017
Oiseaux
Fort de la Revère : quel spectacle pour le premier jour d’ouverture du camp de migration !

Le 16 septembre dernier, le parc naturel départemental de la Grande Corniche a enfin ouvert ses portes, après 15 jours d’alerte incendie, permettant à de nombreux ornithologues et passionnés d’ouvrir le camp de migration au fort de la révère. Plus de 260 rapaces ont ouvert le bal et enthousiasmé leur public. Au rendez-vous, 154 Bondrées apivores, 72 Circaètes Jean-le-Blanc, 10 Busards des roseaux, 6 Éperviers d’Europe, 1 Aigle royal, 1 Balbuzard pêcheur, 9 Faucons hobereaux et nous avons eu la chance d’observer 1 Aigle botté et 1 Faucon d’Éléonore. Nous avons aussi eu l’occasion de voir les 3 espèces de martinets, ainsi qu’une centaine d’hirondelles de fenêtre, 2 Pipits des arbres, 1 Bergeronnette printanière, 3 Bergeronnettes des ruisseaux et pour finir, un trio de Grands Cormorans.

Nous vous donnons rendez-vous le week-end prochain au Fort de la Revère pour spotter en toute convivialité !

posté par Amine Flitti
 
lundi 18 septembre 2017
Papillons de jour
Petit mais costaud !

Il ne pèse pas plus qu'une plume et atteint une envergure de quelques centimètres seulement. Et pourtant, il traverse les montagnes et les mers, il défie le vent et le temps. Il s'agit du Vulcain, le papillon migrateur aux ailes caractéristiques noires garnies de bandes rouges et de taches blanches.

La migration automnale de ce papillon a commencé. Veuillez s’il vous plaît signaler toute observation de Vulcain via faune-paca ! Vous soutiendrez ainsi le projet de science participative dédié à l’étude de la migration et de la répartition du Vulcain en Europe, lancé par l’Université de Berne en Suisse.

Un grand merci pour votre précieuse collaboration!

Marco Thoma, Groupe de recherche «Migration et Écologie des Insectes», Université de Berne, Suisse

 

Le groupe de recherche sur les réseaux sociaux

Twitter: https://twitter.com/insectmigration

Facebook: https://www.facebook.com/insectmigration/

 

Vous trouverez toutes les informations sur le projet, ainsi que de nombreux liens ici:

https://insectmigration.wordpress.com/red-admiral-migration/la-migration-du-vulcain/

posté par Amine Flitti
 
mercredi 6 septembre 2017
Mammifères
Saisie des données de mammifères

Il est très utile de renseigner les conditions d'observations pour les mammifères ! En effet ces espèces, à quelques exceptions, sont rarement observées de visu. Afin de pouvoir travailler au mieux sur les données à l'avenir, merci de prendre le temps de bien renseigner les conditions d'observation :

  • Pour un animal mort, n'indiquez aucune condition d'observation, à l'exception facultative de "1x en main" si tel est le cas, mais cochez bien la case "L'animal est mort ou blessé" dans la rubrique "Autres données/informations" et modifier le module mortalité à minima (inconnu / collision véhicule... le plus souvent).
  • Pour un animal vivant, indiquez : "1x vu" quand vous l'avez observé ou "1x contact auditif" pour un animal seulement entendu.
  • Pour un animal dont seuls les indices de présence ont été observés (empreintes, tumulus, boutis, frottis, rongis, crottes...), notez 1 ou >1 individu et indiquez : "1x observation indirecte" ou "1x contact olfactif" pour ce cas particulier (urine de renard par exemple). Vous pouvez utilement indiquer le type d'indices observés en remarque.
  • Pour un petit mammifère dont la détermination a nécessité de l'avoir en main, qu'il soit vivant ou mort, indiquez "1x en main".

Enfin, pour ceux qui saisissent avec l'appli NaturaList, le module mortalité n'étant pas disponible, n'oubliez pas d'aller compléter vos données de mammifères après synchronisation.

Un grand merci à toutes et tous et bonnes observations !

posté par Amine Flitti
 
jeudi 10 août 2017
Oiseaux
Comptage Vautours dans les Alpes : Samedi 19 août 2017

Initiée dans le Verdon et le Mercantour en 2010, cette vaste opération s’est étendue à l’échelle des Alpes en 2011 et se poursuit chaque année à la mi-aout. Les années précédentes, entre 1000 et 1800 vautours fauves ont été dénombrés au sein des colonies et des dortoirs d’estive, et entre 300 et 400 dans les gorges du Verdon.

 

Pourquoi ?

L’objectif est de connaître les effectifs, visiteurs inclus, et l’occupation du territoire à la période du pic de fréquentation par les vautours.

 

Comment ça marche ?

Il s’agit de dénombrer les Vautours fauves (mais aussi les Vautours moines et les Gypaètes) dans les colonies (Verdon, Baronnies, Diois-Vercors) et sur les secteurs d’estives (Mercantour, Queyras, Ecrins, Dévoluy, Savoie, Haute-Savoie...) sur des postes fixes entre 17h00 et la tombée de la nuit (dénombrement exhaustif toutes les demi-heures).

 

Comment participer en PACA ?

Contactez les responsables locaux suivants, ils vous indiqueront leurs besoins et les sites à suivre (falaise ou groupes de falaises):

- Gorges du Verdon (8 à 10 postes de comptage à mettre en place) :

Sylvain Henriquet (LPO PACA) 04 92 83 69 55 sylvain.henriquet@lpo.fr

- Mercantour : Daniel Demontoux (PN Mercantour) daniel.demontoux@mercantour-parcnational.fr

- Ecrins, Dévoluy : Cathy Ribot et Christian Couloumy (Envergures alpines) envergures.alpines@gmail.com

 

Venez nombreux !

 

Ce comptage est organisé conjointement par les structures suivantes : les LPO PACA, Isère, Savoie, Haute-Savoie et Ardèche, les Parcs nationaux du Mercantour, des Ecrins et de la Vanoise, Vautours en Baronnies, Envergures Alpines et les Parcs naturels régionaux des Préalpes d’Azur et du Vercors.

posté par Sylvain Henriquet
 
mardi 1 août 2017
Oiseaux
Âge/Sexe des oiseaux, dispersion juvénile et fin des codes atlas

IMPORTANT! : Âge/Sexe des oiseaux, dispersion juvénile et fin des codes atlas

Nous voilà en aout et nous observons de plus en plus de jeunes oiseaux volants. Comme il existe une forte dispersion des juvéniles, nous attirons votre attention sur les points suivants :

  • Nous vous invitons à ne noter le code atlas 13 que lorsque vous observez des individus à peine volant ou manifestement né sur site.
  • La plupart des passereaux juvéniles ont (ou vont avoir) un plumage de type adulte, ne notez le détail "adulte" que si vous êtes certain de l'âge (en se basant sur des critères précis).
  • Il est quasi-impossible pour de nombreuses espèces de différencier les jeunes de 1ère année des femelles adultes, soyez donc très prudent quant au sexage des oiseaux (nb: il existe une catégorie "type femelle" dans les "détails de l'observation" qui permet de résoudre ce problème).

De même, la période de reproduction se terminant, il n'est plus nécessaire de noter les codes atlas possible ou probable (2 à 10) : il faut plutôt se concentrer sur les codes de nidification certain (>10). Tous les codes concernant la présence des oiseaux, des oiseaux chanteurs, la présence de couples, etc... sont désormais à éviter. En résumé, ne renseigner le code atlas qu'en présence de manifestations évidentes de reproduction.

Merci pour votre attention.

posté par Amine Flitti
 
vendredi 28 juillet 2017
Oiseaux
Protocole EPOC

La saison de reproduction 2017 s’achève avec les derniers jeunes oiseaux qui prennent leur envol. Les milans et les martinets commencent déjà à franchir les Pyrénées en route vers l’Afrique. La période d’étude pour le protocole EPOC touche donc à sa fin.

Pour rappel, le protocole EPOC (Estimation des Populations d’Oiseaux communs) a été mis en place ce printemps afin d’estimer les tailles de population d’oiseaux communs. Cet outil, s’inspirant et complétant le STOC EPS, permet de réaliser des points d’écoute de 5 minutes n’importe où, n’importe quand, par l’intermédiaire de la saisie par formulaire ou liste complète.

En attendant une première analyse des résultats, nous vous proposons de garder le rythme et de poursuivre et d'intensifier la saisie par formulaire. La durée de 5 minutes, adaptée aux oiseaux nicheurs, peut être élargie pour maximiser la détection d’espèce devenue silencieuse. Nous vous conseillons donc de saisir un maximum de données par formulaire complet pour des durées d’observation comprises entre 5 et 60 minutes. Ces données sont essentielles pour l’étude de la phénologie des espèces, indispensable à la mise en place de mesures de conservation adéquates.

Merci pour votre engagement et à l’année prochaine pour une nouvelle saison printanière d’EPOC.

Merci pour votre collaboration.

posté par Amine Flitti
 
lundi 24 juillet 2017
Oiseaux
Rappel : l'age des oiseaux

Vous avez la possibilité de renseigner l'âge des oiseaux observés (dans le menu déroulant). Il semble que la terminologie employée soit parfois source de confusion. Voici quelques explications !

On trouve les intitulés suivants :

  • Poussin = oiseau non volant
  • Immature = oiseau non adulte mais d'âge inconnu (p. ex. un goéland avec des couvertures tachetées mais pour lequel vous ne savez pas donner un âge précis)
  • Adulte = oiseau en plumage sans trace d'immaturité ou reproducteur
  • 1ère année civile = oiseau volant né dans l'année en cours (c'est-à-dire observé entre l'envol et le 31 décembre de l'année de sa naissance, p. ex. l'observation en 2017 d'un oiseau né en 2017)
  • 2ème année civile = oiseau né l'année précédente (c'est-à-dire observé entre le 1er janvier et le 31 décembre de l'année suivant sa naissance, p. ex. l'observation en 2017 d'un oiseau né en 2016)
  • 3ème année civile....

etc....

Ne pas confondre avec la terminologie H1 (1er hiver), H2  (2e hiver)... utilisée dans la littérature ornithologique. Un H1 est en 1ère année civile en décembre mais en 2ème année civile en janvier…

En souhaitant que cela vous aide !

posté par Amine Flitti
 
vendredi 21 juillet 2017
Oiseaux
Chevêche d'Athéna ou Petit-duc ?

Il existe un risque de confusion jusqu'à présent sous-estimé : un certain cri de Petit-duc ressemble assez à des vocalises de Chevêche d'Athéna, tout particulièrement en été. Nous vous invitons donc à la prudence lorsque vous pensez reconnaitre une Chevêche notamment en milieu péri-ubain ou en milieu assez fermé (forêts, garrigues...).

Pour vous en convaincre, écoutez ceci : http://www.xeno-canto.org/148877 ou http://www.faune-paca.org/index.php?m_id=54&mid=239614

Si vous pensez que le doute est permis sur certaines de vos données déjà saisies, il est préférable de les modifier par "rapace nocturne indéterminé" et d'ajouter en commentaire "confusion possible avec le petit duc".

Merci

posté par Amine Flitti
 
vendredi 21 juillet 2017
Papillons de jour
Pyrgus malvoides/malvae

L'Hespérie de l'Aigremoine (Pyrgus malvoides Elw. & Ed.) est désormais considérée comme une espèce distincte de l'Hespérie de la mauve (Pyrgus malvae L.) car pour ces deux taxons les genitalia des mâles sont très différentes.

Selon la bibliographie actuelle, l'Hespérie de la mauve est largement répartie (Eurasie tempérée) et se rencontre en France uniquement dans le nord tandis que l'Hespérie de l'Aigremoine ne se rencontre que dans la péninsule ibérique, la moitié sud de la France et en Italie. Ces deux espèces ne se rencontre que très localement, avec sur ces zones de cohabitation, des cas d'hybridation observés.

Au niveau de la région Provence Alpes Côte d'Azur, il n'y aurait donc que l'Hespérie de 'Aigremoine de présente c'est pour cela que seule cette dernière est ouverte à la saisie sur Faune PACA et non plus le groupe Hespérie de la mauve/Hespérie de l'Aigremoine.

Bonnes obs !

posté par Amine Flitti
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 582

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Provence-Alpes-Côte d'Azur
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017